Irkoutsk entre richesse et terreur de Sibérie

Pour qui souhaite comprendre la Sibérie, il est indispensable de visiter Irkoutsk, sur les bords du lac Baïkal.

En 1661, les Cosaques Ienisseïsk établirent un fort en bois, au confluent des rivières Angara et Irkout, d’où s’élancèrent des caravanes pour la Chine à travers les steppes mongoles et des navires pour Kamtchatka et l’Alaska, par les méandres des rivières de la taïga yakoute. Irkoutsk fut le point de départ de la colonisation de la Sibérie orientale ; une région de la taille du Canada terrible et fabuleusement riche. Les richesses du XVIIIe siècle telles que les fourrures sibériennes, le poisson du Baïkal, l’argent de Scherchen, l’or de Lena, et le thé chinois transitaient par Irkoutsk. L’architecture luxueuse du tournant des XIXe et XXe siècles, qui orne l’avenue Karl Marx, atteste de la richesse des commerçants d’antan.
Фото 1

La maison du commerce Makushin et Posokhin. L'immeuble a été construit en 1903

De riches façades de pierres se combinent aux anciennes constructions de bois, typique de la plupart des villes sibériennes. Ces hôtels particuliers, qui s’élancent sur 2 ou 3 étages, sont décorés de sculptures aux motifs baroques, qui témoignent aujourd’hui de ce passé lointain.
Фото 2
Dans les environs d’Irkoutsk vivent les Buryats (de proches parent des Mongols) et les Evenks dont la langue donna naissance au mot «chaman». Les marchands chinois étaient souvent de passage à Irkoutsk, et la ville accueilli la toute première communauté japonaise de Russie, composée de pêcheurs rescapés des tempêtes de l’océan pacifique et échoués en terre russe. Au XVIIIe siècle, ce mélange de cultures a donné naissance à un style architectural unique dit du «baroque d’Irkoutsk», qui conduisit à orner les églises orthodoxes de motifs bouddhistes. Ici, il ne faut pas s’étonner de la proximité dès l’église catholique, orthodoxe et des synagogues dans les ruelles en bois. Au XIXe siècle, les Polonais et les Juifs formaient de grandes communautés dans les villes sibériennes. Beaucoup d’entre eux explorèrent vaillamment la Sibérie, et donnèrent leurs noms aux montagnes et aux rivières.

Les exilés les plus célèbres d’Irkoutsk furent les Décembristes, un groupe de nobles qui, en décembre 1825, organisèrent à Saint-Pétersbourg une «révolution de velours» exigeant la rédaction d’une constitution. Leur mutinerie fut ardument réprimée, les dirigeants pendus et les participants incarcérés en Sibérie. Beaucoup d’entre eux furent suivis volontairement par leurs épouses. Le temps passant, l’arrivée de nouveau exilés libéra les Décembristes qui n’avaient pas été brisés dans les mines et les usines pendant leurs années de bagne. Ceux-ci demeurèrent alors dans les villes sibériennes et leurs maisons, telle que celle des Muravyovs ou de Volkonsky, devinrent les centres culturels de Sibérie.
Фото 3

Maison-musée des Décembristes (aussi appelée "Maison Trubetsky")

Avec l’aide d’officiers de l’armée, d’explorateurs, de généreux marchands et de philanthropes, les Décembristes firent d’Irkoutsk le centre culturel le plus important de la partie asiatique de la Russie.

A Irkoutsk, la gare du Transsibérien s’étire le long de la rive Angara, derrière laquelle on aperçoit les églises de la vieille ville.
Фото 4

La construction de l'église de l'Exaltation de la Croix a duré 11 ans et s'est achevée en 1757

Aujourd’hui, Irkoutsk demeure une capitale de la vie culturelle en Sibérie.
Son rôle du carrefour commercial lui confère une allure de Shanghai et regroupe dans ces rues des marchands Chinois, Tsiganes et Ouzbeks. La ville abrite également un bazar mongol, où il est possible d’acheter des vêtements en laine de yak.

Les richesses en fourrure de la Sibérie étant épuisées depuis longtemps, de nos jours, le produit le plus célèbre d’Irkoutsk est la noix de pin de la taïga. Le lac Baïkal sans fond et cristallin, qui contient un cinquième de l’eau douce du monde, approvisionne la ville en poissons dont certaines espèces, comme l’omoul, sont consommées les jours de fête.

Il est très simple de se rendre au lac Baïkal depuis d’Irkoutsk. Par exemple, il est possible de se rendre à Listvyanka et d’en profiter pour visiter le musée d’architecture sibérienne de Taltsy et les forteresses des premiers cosaques.
Фото 5

Le Musée d'architecture et d'ethnographie "Taltsy" reconstitue comment les Russes, les Bouriates, les Evenks et les Tofalars (peuples indigènes de la région du Baïkal) vivaient aux XVII-XXe siècles

Фото 6

La moitié féminine de la yourte du peuple bouriat (musée "Taltsy")

Cependant, l’itinéraire le plus intéressant consiste à prendre le chemin de fer Circum-Baïkal, une ligne qui faisait historiquement le tour du lac. La ligne a cessé d’être circulaire dans les années 1950 après la construction de la centrale hydroélectrique d’Irkoutsk, qui submergea la majeure partie du tracé. Une nouvelle voie fut ouverte dans les montagnes qui permet actuellement de se rendre jusqu’à la source de l’Angara. Ce court trajet, au départ de la gare de Slyoudianka, s’effectue en locomotive à vapeur d’époque. C’est le point culminant du Transsibérien : les rails effleurent l’eau du lac, évitent les rochers, traversent des ponts en bois et plongent dans des tunnels creusés il y plusieurs siècles. La ligne de chemin de fer Circum-Baïkal est certainement l’une des plus belles du monde.
Фото 7
Voyages associés
Listvianka estivale
Listvianka estivale
  • 4 jours
  • 600 €
  • de mai à octobre
  • Baïkal
Transsibérien : Moscou - Vladivostok
Transsibérien : Moscou - Vladivostok
  • 16 jours
  • 2500 €
  • toute l'année

Autres articles

Nous recherchons en permanence de nouveaux itinéraires et aimons partager nos idées. Laissez-nous vous inspirer !