La capitale du caviar

La région d’Astrakhan est située à l’embouchure de la Volga, à 1400 km au Sud de Moscou. Astrakhan est également le nom de la capitale de la région, qui domine le delta du fleuve et s’étend sur 11 îles de la mer caspienne. La ville a été fondée au XIIIe siècle, par les tatares de la Horde d’Or, à l’intersection des routes commerciales reliant l’Europe et l’Asie. Conquis en 1556 par le Tsar Ivan le Terrible, le Khanat d’Astrakhan est alors devenu une province russe. Au même titre que Iaroslavl, Vladimir et Saint-Pétersbourg, Astrakhan, le plus ancien centre économique et culturel de la Basse Volga, compte parmi les plus importantes capitales historiques de Russie.
Фото 1
Lunettes de soleil, crème solaire et chapeau sont indispensables pour découvrir Astrakhan, son soleil chaud et son climat sec. En été, la température à l’ombre atteint +40ºC. Il est recommandé d’emporter de l’eau avec soi afin de pouvoir admirer les innombrables édifices, monuments et musées de la ville sans perdre de temps à chercher un lieu où se rafraichir. Cette précaution prise, vous pourrez arpenter en toute tranquillité les nombreux squares et les parcs pittoresques de cette ville verte, où il y est non seulement interdit d’abattre les arbres, mais également d’en casser les branches.

La digue d’Astrakhan, ornée de sculptures et de fontaines, est un endroit merveilleux pour se promener le long de la Volga et rencontrer les habitants du coin. En effet, on y croise tout au long de la journée des pêcheurs qui traquent les harengs, carpes et gardons avec leurs cannes et des citadins qui déambulent sur la plus longue digue d’Europe.
Фото 2
Depuis la place principale, on aperçoit derrière la statue du fondateur de l’Etat soviétique Vladimir Lénine les vestiges d’une imposante place d’armes. Les remparts et bâtiments intérieurs sont bien conservés et abritent des expositions, qui racontent en détail l’histoire de cette forteresse.
Фото 3
Sur le chemin de la citadelle, le marché aux poissons de Selenskie Isady vaut le détour. En effet, on y trouve d’invraisemblable variétés de caviars et des poissons. L’espèce locale du gardon y occupe la place d’honneur. En effet, pendant la Grande Guerre Patriotique (Seconde Guerre Mondiale), c’est ce poisson qui a nourrit et sauvé de la famine des milliers de personnes. Les habitant reconnaissants ont naturellement érigé un monument à la mémoire du «Gardon-Nourrisseur ».
фото 5
Фото 6
L’élevage des esturgeons, sterlets ou bélugas est demeuré jusqu’à aujourd’hui une activité traditionnelle de la région bien que les pratiques aient pu évoluer. De nos jours, à l’heure de l’extraction du caviar, les spécialistes «recueillent» les œufs en massant le ventre du poisson et préservent la vie des femelles.
Фото 7
Фото 8
Un proverbe régional établit que «Les pastèques doivent être mangées à la fin de l’été, quand les mouches commencent à mordent». La tradition ne donnant aucunes indications quant au moment propice pour consommer le melon d’eau sous sa forme liquide, les citadins boivent des cruchons de jus de pastèque à la mode d’Astrakan à tout moment. Pour ce faire, ils remplissent une pastèque de champagne puis battent le mélange à l’intérieur même du fruit. Ils dégustent alors le cocktail rose et rafraîchissant à l’aide d’une paille après l’avoir versé dans un cruchon rempli de glace. Astrakan est incontestablement la capitale des maitres de la métamorphose de la pastèque. Ici, le fruit est non seulement transformé en confitures, compotes, et salades mais également en changé en véritables plats après avoir été préalablement salé et mariné.
Фото 9
La ville abrite des représentants de plus de 200 nationalités qui vivent ensemble avec leurs traditions et leurs rituels. Le multiculturalisme est à Astrakan sa marque de fabrique. Les mariages mixtes ne sont pas rares, et les échanges entre les habitants tout comme les écris de la presse locale marient habilement leurs différentes langues. Les panneaux indiquant les noms de rues, des villages et des rivières témoignent eux aussi de ce singulier mélange du russe, du tatar et du kazakh.

Personne n’est surpris de trouver l’église orthodoxe à côté de la mosquée, et un temple bouddhiste sur les rives de la Volga. En 1939, alors que l’état soviétique persécutait les religions, ce sont les musulmans qui ont empêché la destruction du temple orthodoxe Saint-Vladimir, qui est toujours ouvert aujourd’hui. Quelle que soit leur religion, les habitants d’Astrakan ont pour coutume de célébrer les fêtes religieuses ensemble, qu’il s’agisse du Sabantuy Tatar, de la Chandeleur russe, du Norouz musulman ou de la Pâques chrétienne.
Фото 10
Фото 11
Voyages associés
Voyage à la mer Caspienne
Voyage à la mer Caspienne
  • 3 jours
  • 370 €
  • de juillet à octobre
  • Région d'Astrakhan

Autres articles

Nous recherchons en permanence de nouveaux itinéraires et aimons partager nos idées. Laissez-nous vous inspirer !