La couronne de l’Altaï : de la capitale Gorno-Altaïsk au village Chemal

L’aéroport de Gorno-Altaïsk est le meilleur point de départ pour initier un voyage sur la couronne de l’Altaï. Pour le plus grand bonheur des riverains, il a été réaménagé en 2011 et offre à présent la possibilité de se rendre à Moscou en vol direct. Il reste toujours possible de transiter en avion ou en train par Barnaoul ou Novossibirsk, mais cela rajoutera une demi-journée de voiture à votre trajet.
Фото 1
Gorno-Altaïsk est la capitale de l’Altaï. La ville dénombre 60 000 habitants et ne compte ni grande industrie, ni de station de chemin de fer. Ses quartiers sont pour la plupart composés de maisons basses et dispersées, au gré du relief, dans les vallées et les carrefours.
Фото 2
En son centre, on remarquera le bâtiment moderne du Musée national de la République, récemment reconstruit avec le soutien de la société Gazprom. Ce musée immense et d’une telle nouveauté éblouissante m’a rappelé celui dédié à la culture nationale de Kalmoukie, une autre république de Russie. Ces bâtiments expliquent à eux seul la politique culturelle du pouvoir qui s’efforce de soutenir les cultures locales des provinces de la Fédération de Russie. A Gorno-Altaïsk, le musée national abrite le corps momifié d’une femme de culture " Pazyrka «. Découverte en 1993 et baptisée «Princesse du Plateau d’Ukok», cette découverte archéologique est le clou de la collection nationale de la République d’Altaï.
Фото 3
La couronne de l’Altaï dépasse largement les limites de sa capitale. Gorno-Altaïsk est situé loin de la fameuse autoroute R256 ou " le sentier Chui " qui relie l’Altaï aux capitales des provinces voisines. Une fois arrivé à l’aéroport de Gorno-Altaïsk, je vous recommande tout de même de prendre le temps de rejoindre la ville, car les 30 minutes de trajet en valent la peine. Accompagné par un bon guide, le musée et les cartes en relief qu’il abrite seront une excellente introduction à la géographie et l’ethnographie spécifique de cette province. Vous comprendrez ainsi que le sentier Chui longe les rivières Chui et Katoun pour éviter les montagnes et traverse la rivière Altaï dans sa diagonale. Surtout, la carte permet de comprendre la position stratégique du village de Koch-Agatch dans la vallée de Chui. Repérez la route Ulagansky qui traverse le col de Kouraï avant de plonger dans la vallée de Chulyshman et l’étroite bande bleue du lac Teletskoïe qui s’étend à 120 km de Gorno-Altaïsk. Ces étendues à parcourir portent le nom de couronne de l’Altaï.

La vallée d’Uymonskoe occupe une place à part. Cette zone de peuplement d’Ust-Koksa, où vivent les descendant des peuples autochtones d’Altaï, abrite un petit musée dédié à l’expédition de l’artiste Nikolaï Roerich. Malheureusement, elle fait partie de la zone frontalière spéciale et il est impossible pour les voyageurs étrangers de s’y rendre sans un laissez-passer spécial. Il est à noter que la même règle s’applique au plateau d’Ukok.
Фото 4
Un samovar orné de moutons, voilà un véritable symbole de l’influence russe sur la région. Comme en attestent les Altaïtes, ce sont les Russes qui ont élaboré l’architecture traditionnelle en construisant des " datcha ", maison en dur de forme carrées et complété le régime des autochtones à qui ils ont appris à cultiver des jardins potagers.
Фото 5
En plus des animaux typiques de la taïga et des steppes de la Sibérie, l’Altaï abrite deux espèces fameuses et fort heureusement protégées. Il s’agit du très rare léopard des neiges et de l’arhar, un gigantesque bélier de montagne, bien connu des peuples turcophones d’Asie Centrale.
Фото 6
Dans les salles historiques du musée nationale, un buste de l’impératrice Élisabeth est protégé symboliquement par des barrières rouges. C’est sous son règne qu’en 1756, l’Altaï a rejoint l’Empire russe suite à l’effondrement du dernier khanat des nomades mongols de Dzoungarie soumis aux attaques de la Chine de la dynastie Qing.
Фото 7
L’habitation traditionnelle du peuple Altaï est " l’Aïl ", une masure au toit conique recouvert d’écorce de bouleau ou de mélèze. Aujourd’hui, les aïls modernes servent principalement d’habitation d’été pour les familles Altaï et sont généralement situés non loin de maisons carrées ordinaires, habitable à l’année.
Фото 8
Фото 9
Les chapeaux traditionnels et les capes " tshegedet ", très reconnaissables, sont réalisés à l’aide de fourrure de de renards, de lynx ou de cerf musqué de Sibérie. Aujourd’hui, ces costumes ne sont plus portés par les Altaïtes que les jours de grandes fêtes et d’événements importants, principalement lors de mariage.
Фото 10
Фото 11
Фото 12
ФОто 13
Costume féminin de colons russes " anciens croyants «, qui depuis le XVIIe siècle habitent la vallée de l’Uymon en Altaï.

Les anciens croyants fuyaient le pouvoir royal qui persécutait les adeptes de l’orthodoxie d’avant la réforme. Ils ont alors choisi de fuir aux endroits les plus reculés de l’Empire pour continuer à vivre selon leurs croyances. Depuis, le bassin de l’Uymon à la frontière avec le Kazakhstan, entouré de chaînes de montagnes et encore aujourd’hui dépourvu de route goudronnée, fait partie de leurs terres d’exil. Au sein de l’Empire russe, le statut social des anciens croyants a été établi par la tsarine Catherine la Grande. Les jeunes hommes n’étaient pas enrôlés dans l’armée et les paysans gardaient leur liberté personnelle. Leur unique devoir envers l’État était de payer l’impôt «Yasak» ce qui les a rapprochés des peuples autochtones soumis à un régime similaire.
ФОто 14
ФОто 15
L’exposition la plus précieuse du Musée national est le célèbre «Plateau de la Princesse Ukok». En 1993, les archéologues de Novossibirsk ont découvert dans le pergélisol du haut plateau d’Ukok, à plus de 2000 mètres d’altitude, un trésor archéologique des plus importants de ces dernières années : le sarcophage et la momie de la Princesse d’Ukok, parfaitement conservé dans la glace dans ses vêtements de soie, de feutre et de laine, parée de ses bijoux antiques.
Фото 16
Фото 17
La relique, tout d’abord conservée à l’académie d’archéologie de Novossibirsk a été rapatriée en hélicoptère en 2012 dans une salle spécialement équipée du Musée national d’Altaï. L’ouverture du tombeau de la Princesse Ukok a soulevé une controverse locale complexe. La population indigène, affirmant que la profanation de cette tombe est à l’origine de nombreuses catastrophes naturelles, exigea que la dépouille soit à nouveau enterrée.

Les scientifiques, soulignant sur la menace du réchauffement climatique, insistèrent sur la nécessité de poursuivre les fouilles. Un compromis a depuis été trouvé : le musée n’ouvre plus la tombe aux visiteurs que quelques fois par mois, selon le calendrier lunaire. Pour les voyageurs, cela signifie surtout que la momie a très peu de chance d’être aperçue.
Фото 18
La boutique du musée vend des baumes médicinaux à base d’extraits de cornes de cerfs musqués d’Altaï. Les fermes de Maralovodcheskie les proposent en infusions ou en bains thérapeutiques, selon les prescriptions de la médecine traditionnelles d’Altaï, très populaire parmi les adeptes de médecines alternatives.
Фото 19
Partant de Gorno-Altaïsk, il y a deux itinéraires possibles pour continuer son voyage sur la couronne d’Altaï. La première option est de suivre l’autoroute jusqu’au lac Teletskoïe. Cependant, il faut être conscient que cette route n’est pas si rapide car il est souvent nécessaire d’abandonner sa trace pour passer par des routes secondaires en moins bon état. Une autre option est d’emprunter le sentier de Chui, près du pont sur la rivière Katoun et du village de Chemal, le principal centre du tourisme " confortable " de l’Altaï ".
Фото 20
A Chemal, la principale attraction culturelle est une petite île rocheuse sur la rivière Katoun. Elle porte le nom d’un l’ilot grecque Patmos, où se dresse toujours un grand monastère orthodoxe. Ici, la chapelle en bois se fond dans les fourrés de l’île et rappelle la pérennité de l’orthodoxie. Sa restauration en 2000 a été l’occasion de commémorer la résilience du culte orthodoxe à travers les troubles révolutionnaires.
Фото 21
Partant de l'île de Patmos, un sentier court le long de la rivière Katoun jusqu’ au barrage de la centrale hydroélectrique de Chemalska. Cette petite centrale électrique construite en 1935 par les prisonniers du Goulag ne revêt qu’une importance locale. Depuis, de puissants barrages sur les fleuves de Sibérie ont été achevés, qui revêtent eux une importance stratégique nationale.
Фото 22
Aux environs de la centrale on retrouvera les marques des débuts d’un tourisme de masse, étonnant par sa simplicité : portraits aimantés de V. Poutine, tapis de chevet, miel d’Altaï de couleur verte et toutes sortes d’amulettes et de produits venus de Chine.
Фото 23
Le village de Chemal concentre le long des rives du Katoun de confortables infrastructures touristiques. C’est ici que se trouvent les meilleurs hôtels d’Altaï disposant de grandes salles de bains, de saunas et de piscines. A la différence des grands complexes, les petits hôtels affichent surtout leur caractère chaotique et ennuyeux. Étrangers à l’Altaï que je connais et adore, ils sont remplis de publicités de descentes en rafting et ventent les bains curatifs au bois de cervidés...

Comme le rappellent les guides Chemal à qui daigne les écouter, découvrir l’Altaï, c’est s’initier au mode de vie des peuples indigènes et s’immerger dans la variété étonnante des paysages passant de la taïga à la toundra, des steppes aux vergers en fleurs sur les rives du lac Teletskoïe. Pour eux, l’Altaï véritable commence au-delà du col de Semin soit à 150 kilomètres de la ville, le long du sentier de Chui. Gorno-Altaïsk et son excellent Musée National représente un intérêt culturel certain. Le district de Chemalsky quant à lui convient pour un arrêt confortable à l’hôtel près de Katoun, que ce soit avant d’initier un voyage le long de la couronne ou au contraire, pour célébrer le chemin parcouru avant de s’envoler pour Moscou.
Voyages associés
L’anneau de l’Altaï
L’anneau de l’Altaï
  • 8 jours
  • 1700 €
  • de mai à septembre
  • Altaï

Autres articles

Nous recherchons en permanence de nouveaux itinéraires et aimons partager nos idées. Laissez-nous vous inspirer !