La couronne de l'Altaï : le village d'Ulagan, le col Katu-Yaryk et la vallée de Chulyshman

Arrivé au village d’Aktash, j’ai laissé la route de Chui et emprunté une route de montagne en terre pour me rendre à l’extrémité sud du lac Teletskoïe.

Passé le bourg d’Aktash, la route s’élance en pente raide jusqu’au plateau d’Oulaganskoïe. Le chemin passe par un étroit passage aux parois rocheuses rouges appelé " La Porte Rouge " ; un arrêt touristique obligatoire. La couleur de cette gorge provient du cinabre, la roche locale riche en mercure, qui a contribué à l’émergence du village. En effet, à l’époque soviétique, Aktash était un grand centre de production de mercure. Aujourd’hui, la mine est à l’abandon, mais les habitants de tout l’Altaï viennent se fournir ici en argile rouge, principalement utilisée pour isoler et peindre les murs. Quand mes amis de la vallée de Karakol ont découvert que je me rendais à Ulagan avec une grande voiture, ils m’ont immédiatement donné des sacs et enjoint de leur ramener de l’argile !
Фото 1
L’Altaï ne cesse de m’étonner par ses brusques changements de zones naturelles. En escaladant le plateau d’Ulagan, j’ai quitté la taïga et la forêt de mélèzes de la vallée de Chui pour entrer dans la toundra de la forêt d’hiver. En ces lieux, les chutes de neige sont fréquentes au mois de juin.
Фото 2
Le col, situé à une altitude de plus de 2000 mètres, divise les bassins de la rivière Chui et Chulyshman. Cette barrière naturelle sépare deux mondes. D’un côté les villages sédentaires de la vallée de Chui. De l’autre, le district montagneux d’Ulagan dont l’histoire est différente du reste de l’Altaï.

Il y a 150 ans, les télenguites, l’ethnie du peuple Altaï qui habitaient ce territoire, étaient sous le protectorat de deux empires : la Russie et la Chine. Ce n’est qu’en 1863 que cette région du sud-est de l’Altaï fut rattachée à la Russie. Ces circonstances historiques ont engendré des différences culturelles : les télenguites parlent très peu le russe et communiquent essentiellement dans leur propre dialecte.
Фото 3
Contrairement au reste de l’Altaï, les croyances des télenguites sont à la croisée du chamanisme, du burkhanisme et de l’orthodoxie. Le chamanisme local est associé au respect du culte de la nature et surtout des esprits de la montagne qui habitent les cols et les vallées. A Ulagan, tard dans la soirée, j’ai eu l’occasion de faire route avec un vieux chasseur. Celui-ci m’a supplié de ne pas m’arrêter afin que les mauvais esprits ne puissent pas sauter dans la voiture. Docile, je n’ai pas ralenti et le vieil homme a souri mystérieusement dans le noir.
Фото 4
Cette photo a été prise en été, au lendemain d’une la chute de neige symptomatique des particularités du climat continental de cette zone montagneuse. Au centre du grand village de Balyktuyul, vous distinguez les vestiges d’une ferme collective attestant des efforts soviétiques de promotion de la vie sédentaire.
Фото 5
A cinq kilomètres du village se trouve un monument archéologique exceptionnelle d’une importance mondiale. En 1929, des archéologues soviétiques ont découvert des sépultures de d’individus nobles de culture Pazyr, datées de l’âge du fer. Les reliques retrouvées dans ces tombes, un char léger en bouleau et le plus vieux tapis en velours, étaient remarquablement conservées dans des coffres de mélèze enfouis dans le permafrost. Sur le site des fouilles, on peut aujourd’hui observer les monticules de pierre des sépultures, qui ont été excavées. Les reliques sont stockées à Saint-Pétersbourg au musée de l’Ermitage. Je ne peux m’empêcher d’en partager ici quelques photos avec vous.
Фото 6
Фото 7
Фото 8
Parfois, des traces s’éloignent de la route principale pour se perdent dans les vallées avoisinantes. Dans la culture nomade, les bêtes sont élevées en semi-liberté et voyagent au rythme des saisons entre les pâturages d’été et les pâturages d’hiver.
Фото 9
Les 35 kilomètres de route de montagne entre Balyktuyul et la vallée de Chulyshman traversent des montagnes couvertes de mélèze et de cèdre, les essences typiques de la taïga. Des lacs de montagne ponctuent régulièrement les basses terres.
Фото 10
Arrivée à Chulyshman, la route s’ouvre sur une profonde vallée. La rivière Chulyshman ondule rapidement au pied d’une pente abrupte variant de 1200 à 670 mètres. Si le plateau d’Ulagan est considéré comme un endroit difficile d’accès, la vallée de Chulyshman est le coin sauvage le plus caché d’Altaï. A l’époque soviétique, il était uniquement possible d’accéder à cette gorge par un étroit sentier équestre ou en remontant les flots capricieux de la rivière depuis le lac Teletskoïe. Au cours de la perestroïka, anticipant l’effondrement du système soviétique et de son aviation subventionnée (il y avait des vols réguliers en hélicoptère vers la vallée), le chauffeur local du bulldozer du kolkhoze (ferme collective) «Soviet Altaï» a pendant trois ans a ouvert une route sur une pente à 35°.

Cette route achevée en 1989 n’a pas pour autant mis un terme à l’isolement de la vallée de Chulyshman. Pour la première fois au cours de mes nombreux voyages en Russie, j’y ai rencontré des habitants qui comprenaient à peine le russe.
Фото 11
Dans cette région, le col Katu-Yaryk est un bon endroit où passer la nuit et découvrir la réalité matérielle de l’Altaï profond. Les maisons sont en bois et les villages organisés de manière traditionnelle : les toilettes sont à l’extérieur, dans des cabines en bois, et on se lave dans un bain chauffé au bois. Nous n’installons pas plus de deux voyageurs dans ses maisons et prévoyons un cuisinier doué pour préparer le dîner et le petit déjeuner de nos clients. L’électricité, produite avec des panneaux solaires est suffisante pour s’éclairer et recharger les batteries des téléphones et des appareils photo. Pour l’instant, c’est le meilleur confort accessible dans l’arrière-pays. Il va sans dire que les habitants des lieux sont de grands conteurs d’histoires et expert en chutes d’eau et autres attractions locales.
Фото 12
Фото 13
Pour continuer, le chemin plonge au fond de la vallée de Chulyshman, encadré par des murs escarpés de près d’un kilomètre de haut. La rivière Chulyshman est ici un flot rapide et bondissant par-dessus les rochers, courant vers le lac Teletskoïe. Cette gorge m’a semblé être le plus bel endroit d’Altaï. Arriver au début de l’été fut un bonheur particulier : je n’ai croisé aucune voiture et j’ai croisé plusieurs fois la route de troupeaux de de chevaux en pâturage libre.
Фото 14
Фото 15
Le fond de la vallée est absolument plat et couvert de steppe et le climat est sec. Cependant, à l’approche du lac Teletskoïe, l’Altaï m’a frappé à nouveau d’un fabuleux dépaysement. Après la toundra et le pergélisol des hautes terres, on arrive ici dans une étrange nature aux couleurs méridionales. J’ai été surpris de voir un bosquet de bouleaux et un campement de bergers sur le bord d’un ruisseau. En effet, le vent chaud et sec, appelé par les locaux «sèche-cheveux» et la masse d’eau froide du lac Teletskoïe créent un microclimat doux particulier. La vallée de Chulyshman est l’une des rares oasis de l’horticulture sibérienne : en été, les arbres portent des fruits en abondance.
Фото 16
Фото 17
Du col Katu-Yaryk jusqu’à la pointe sud du lac Teletskoïe, il y a 80 kilomètres durant lesquels il est presque impossible de se déplacer sans faire des arrêts photo. Des deux côtés de la rivière, des sentiers mènent au cours de randonnées fantastiques aux " falaise des roches champignons ", où les rochers ont une forme caractéristique et amusante.
Фото 18
En ces lieux, la laine est produite à foison. Comme auparavant, les élevages de bétail opèrent avec de l’équipement soviétique : Jeeps UAZ et Niva à traction intégrale simples et fiables sont les véhicules les plus communs.
Фото 19
фото 20
Фото 21
фото 22

Le berger Nikolaï Tuzhalov m’a demandé de le photographier avec son fils. Je leur remettrai en main propre une grande photo avec nos voyageurs l’année prochaine

фото 23

Au village de Koo, 230 personnes vivent à l'année et tous les résidents sont télenguites

Dans le village, un monastère orthodoxe a été érigé en l’an 2000 et St Nicolas est son patron. Il convient de dire quelques mots ici sur la façon dont l’orthodoxie s’est répandue parmi les habitants dans un endroit si éloigné. Immédiatement après l’adhésion de ces terres à la Russie, le monastère de l’Annonciation fut fondé dans la vallée de Chulyshman. La construction du monastère Saint Nicolas est liée aux activités de la mission spirituelle de l’Altaï à Biisk, qui a envoyé des missionnaires en ces lieux éloignés.
Фото 24
фото 25
Фото 26
Parmi les modestes infrastructures commerciales de Koo, on trouve un vendeur d’essence qui travaille dans sa grange. La station-service la plus proche est à Ulagan, à plus de 120 kilomètres d’ici. On trouve également une épicerie où l’on trouve du poisson local, principalement de l’omble de Chulyshman, du lait et du pain maison, pendant la saison.
фото 27

L'inscription sur l'enseigne informe : "Essence"

фото 28

"Pain, lait, viande, poisson, légumes, boissons"

Lire les annonces près de la poste reste le meilleur moyen de connaître la vie du village. Ce dépliant indique l’heure exacte du lancement d’une fusée spatiale à partir du cosmodrome de Baïkonour. Le village est dans la zone de chute possible des parties séparées du lance-roquettes, et les résidents locaux sont invité à ne pas quitter leur maison à l’heure dite.
фото 29
On dit qu’après la tentative soviétique de «moderniser» les mœurs et de convertir de force la population locale à un mode de vie sédentaire par la collectivisation, le peuple d’Altaï est retourné à ses traditions nomades séculaires. La construction d’un " ail " sur son terrain n’est pas un phénomène en voie de disparition, mais bien une habitude redevenu populaire. Les habitants semblent cependant avoir choisi de conserver une maison chaude " russe " pour passer l’hiver.
фото 30
A Koo, j’ai pu acheter du fromage fumé «kurut». Il est très salé et se conserve très longtemps. C’est ce genre de fromage qui a été trouvé dans la tombe de la princesse Ukok.
фото 31
Ici, dans la vallée de Chulyshman, un homme avec un appareil photo devient vite une attraction locale. Une femme très gentille, qui parlait mal le russe et dont je n’ai pas compris le prénom, a tout de même réussi à me faire comprendre qu’elle aimerait un portrait. J’ai envoyé sa photo avec l’aide de voyageurs français. À ma demande, ils ont laissé le cliché dans un magasin local avec une note : " A remettre à la femme figurant sur la photo ".
фото 32
фото 33

Les chevaux de l'Altaï sont véritablement vénérés. On ne les aperçoit pas uniquement à l'extérieur mais leur effigie recouvre les tissus et les murs des maisons

Cette série de cartes postales sur le mur témoignent des mariages auxquelles notre hôte c’est rendu. Les mariages traditionnels, en particulier dans les zones rurales, peuvent regrouper plus d’un millier d’invités. Je rêve de pouvoir voir un jour une telle célébration de mes propres yeux.
фото 34
Avant de se jeter dans le lac Teletskoïe, le torrent furieux Chulyshman se calme et forme un grand méandre. Après les hauts plateaux enneigés, cet endroit semble tout à fait estival. Dans le village de Balykcha, le microclimat local se manifeste et les arbres fruitiers fleurissent. On dit que même l’abricot et la vigne se sont acclimatés.
фото 35
фото 36
La couronne de l’Altaï s’achève au cap Kirsay. Pour poursuivre la route, nous devrons traverser le lac Teletskoïe sur une largeur de 77 km. Il n’y a pas de ligne régulière sur le lac et nous louons un bateau pour nos voyageurs. C’est l’occasion d’observer des chutes d’eau et de visiter le village de la réserve naturelle de l’Altaï Yalu, ce qui prend presque toute une journée. De l’autre côté du lac, à l’extrémité nord, se trouvent les villages de Iogach et Artybash ; un Altaï complètement «civilisé», avec des chambres d’hôtes et des cafés.
фото 37
Voyages associés
L’anneau de l’Altaï
L’anneau de l’Altaï
  • 8 jours
  • 1700 €
  • de mai à septembre
  • Altaï

Autres articles

Nous recherchons en permanence de nouveaux itinéraires et aimons partager nos idées. Laissez-nous vous inspirer !