Le train couchette ou l’expérience du train-train russe

En Russie, seules les grandes villes sont pourvues d’aéroports dignes de ce nom. Les routes étant dans un état déplorable, les voyageurs leur préfèrent généralement le rail. Pendant que les trains de nuit parcourent le pays, les wagons se transforment en maison dont il faut suivre l’étiquette bien particulière, pendant plusieurs jours.
Фото 1
Les trains russes pourvus des traditionnelles places assises assurent uniquement les liaisons de courtes distances. Les longs trajets sont assurés par les trains couchettes. Les voitures " kupé " sont les plus confortables. Elles offrent aux voyageurs un compartiment qui ferme à clé pourvu de 2 à 4 lits-couchettes et de sièges pliables. En classe économique, dite " platskart ", il n’y a pas de compartiment. Les couchettes sont directement reliées au long corridor qui traverse la voiture. Dans les deux cas, les passagers reçoivent des draps, une couverture et un oreiller qu’il leurs faut remettre au conducteur une fois arrivé à destination.
Фото 2
Les trains sont toujours pourvus d’une voiture-restaurant, cependant la nourriture y est excessivement chère et l’endroit sert le plus souvent comme débit de boisson. Dans les voitures-lits, les conducteurs offrent le thé au passager. Il est servi dans le service caractéristique des trains russe, qui allie le verre au métal pour former de jolie tasse facile à laver.
Фото 3
Un réservoir d’eau chaude (bouillante !), héritier direct du samovar impérial, est disponible en libre accès au bout de la voiture. Aujourd’hui, l’eau sert aussi bien à préparer du thé qu’à cuire des nouilles et des soupes instantanées. Les chefs de voitures offrent aux voyageurs une variété de produits instantanées, mais la plupart des passagers leur préfère la nourriture maison, qu’ils ont pris soin d’emporter avec eux, pour se sustenter pendant la longue route.
Фото 4
Le panier repas classique qu’un passager russe emporte avec lui pour voyager en train comprend : du poulet, des escalopes ou des conserves de poisson, des œufs durs, des pommes de terre cuites et assaisonnées, des cornichons marinés, des tomates, du pain, des saucisses fumées, du fromage, des fruits (pommes, mandarines ou bananes), des biscuits ou des gaufres, du sel, du sucre et évidement des sachets de thé. Un journal placé sur la table fait généralement office.
Фото 5
Les vendeurs de gare font toujours partie de la vie ferroviaire russe, bien que de nombreuses gares leur interdisent l’accès aux quais pour promouvoir les étalages officiels, qui distribuent dans tout le pays les mêmes beignets à la viande, aux pommes de terre ou au chou. Les commerçants eux, quand ils sont là, offrent aux passagers un assortiment varié de nourritures maison et de produits. En Sibérie et dans le Nord, ils vendent des poissons fumés et des tartelettes aux fruits des bois. Dans le Sud, ils offrent des fruits frais. De nombreuses stations sont connues pour leurs «marques» locales et les voyageurs gourmant attendent patiemment les pains d’épices de la gare de Tula, les poissons omoule du lac Baïkal à la gare de Slyoudianka et les pastèques d’Astrakhan. Le principal problème de ce commerce est le manque de contrôle qualité : bien que la majorité des commerçants soient consciencieux, il y a encore un léger risque de regretter son achat.
Фото 6
En plus de la nourriture, on trouvera sur les plates-formes des vendeurs de souvenirs tel que des cristaux dans la région de Vladimir ou de pierres précieuses d’Oural. Dans les gares éloignées du Nord, c’est au contraire le train et ses voyageurs qui transportent des vivres et des colis, pour les populations locales. Les locaux viennent jusqu’à la gare à bord de véhicules tout-terrain, de motoneiges ou même de traîneaux à rennes pour rencontrer les trains. L’étiquette veut que les passagers qui s’élancent sur le rail à travers les grandes distances russes, emportent de la nourriture en excès pour inviter ses acolytes à transformer la monotonie du voyage par de copieux repas. Le chemin parcouru et la nourriture partagée rapprochent les convives, qui discutent comme de vieux amis avant de sortir à leur gare sans se rappeler les noms de leurs compagnons.
Фото 7
Voyages associés
Transsibérien : Moscou - Vladivostok
Transsibérien : Moscou - Vladivostok
  • 16 jours
  • 2500 €
  • toute l'année

Autres articles

Nous recherchons en permanence de nouveaux itinéraires et aimons partager nos idées. Laissez-nous vous inspirer !