Rencontrer les populations locales

En savoir plus Voir les voyages

La Russie compte une multitude de peuples : les Russes mais aussi les Caréliens, Altaïens, Nénètses, Iakoutes et Bouriates. Rencontrer des locaux fait partie intégrante du voyage et nous accordons à ces moments privilégiés autant d’importance qu’aux visites d’églises anciennes et musées. Goûter des crêpes à la crème, passer une nuit dans une vraie datcha, écouter les aventures d’un trappeur sibérien et apprendre à garder un troupeau de 1000 rennes ne sont que quelques exemples des activités que vous pouvez partager avec les habitants du plus grand pays du monde qui ont tant à vous apprendre.

Le thé à la russe : visite dans une famille moscovite

Dans le centre de Moscou, vous êtes invités chez la famille de Loubov et Viatcheslav. Ces anciens géologues qui ont participé à de nombreuses expéditions et visité presque toutes les coins de l'URSS ont de nombreux récits à partager. Installez-vous à leur table mais ne vous avisez pas de refuser une tasse de thé. En Russie, le thé est aussi important qu’un repas. Loubov et Viatcheslav vous proposent aussi des crêpes et confitures maison, symbole d'une autre tradition importante de la vie des Russes : la maison de campagne, la datcha.

Chez les apiculteurs et agriculteurs de Souzdal

Souzdal, la ville la plus pittoresque de l'Anneau d’or, puise sa richesses dans les terres fertiles qui l’entourent. Dans les champs à côté de Souzdal, les fermes collectives soviétiques ont cédé la place aux fermes privées. Rendez visite à Alexandre, un apiculteur et ébéniste local. Il vous fera découvrir les traditions de la production d'hydromel et la vie des agriculteurs russe de nos jours.

Les pêcheurs du lac Kenozero

Au nord de la Russie, dans les profondeurs des forêts d’Arkhangelsk, la vie dans les villages n'a pas beaucoup changé au cours des deux siècles derniers. Le seul moyen de se chauffer est le poêle, le bania fait office de douche et le dîner est exclusivement composé de poisson local, pommes de terre du jardin et baies de la forêt. Rendez visite aux habitants du lac Kenozero pour goûter une pirog (tourte traditionnelle) au poisson préparée selon une recette ancienne du nord et apprenez à servir le thé avec un vrai samovar russe.

Les chasseurs à la zibeline au Baïkal

Les premiers colons russes de Sibérie ont appris à chasser dans la forêt des indigènes, les Evenks et les Kets. Sous l’Empire russe, le commerce de la zibeline, fourrure très précieuse, était un des principaux produits d'exportation. De nos jours, la chasse à la zibeline n’est autorisée que dans certaines zones. Les descendants des chasseurs du village d’Oust-Bargouzine sur le Baïkal vous parlent de l’ancien métier sibérien, de leurs nuitées dans les cabanes dans la taïga, de leurs rencontres avec des ours et vous racontent encore bien d’autres aventures.

Les vieux croyants des steppes de Bouriatie

Au 17ème siècle, les orthodoxes vieux-croyants ont fui le gouvernement tsariste rejetant les réformes introduites par le patriarche Nikon. Ces ermites, courageux laboureurs et artisans ont alors fondé une communauté fermée régie par des règles strictes afin de préserver leur foi. Aujourd'hui, leurs descendants, moins conservateurs que leurs anciens, accueillent chaleureusement les invités et leurs proposent de goûter leur fromage fait maison et leurs pierogis aux fraises des bois et pignons de pin au miel.

Les bergers et chamans des montagnes de l’Altaï

Les montagnes d’Altaï, dans l'extrême sud de la Sibérie, comptent plus de bétails que d’hommes. Les moutons, les chevaux, les chèvres, et même les yaks, en pâturage libre, y règnent en maîtres. Les locaux, les Altaïs, ont non seulement préservé la mémoire des nomades mais aussi la tradition du chant diphonique, le culte des esprits de la montagne, et le chamanisme.

Les éleveurs de rennes du Grand Nord

Les peuples du Grand Nord, les Nénètsses, Evenks, Evens et Tchouktches, occupent près d’un quart du territoire de la Russie, c’est-à-dire toute la partie au nord du cercle polaire arctique. La toundra y est déserte avec une végétation basse sur laquelle les éleveurs de rennes glissent à bord de leur traîneau, même pendant l’été. Les peuples du Grand Nord vivent dans des tchoums en peau de renne, mangent la venaison crue et des baies. Ils sont autonomes et se considèrent comme les gens les plus heureux de la terre.

Quand, comment, combien ?

Idées de voyages

Le Nord Russe: le temps arrêté
Le Nord Russe: le temps arrêté
  • 3 jours
  • 650 €
  • de juin à septembre
  • Région d'Arkhangelsk

Vous aimerez aussi